Compte à rebours

Eric Clapton and Friends forum

Parlons en » BO "Life In 12 Bars" Ne pas comprendre vie en 12 bistrots

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 10/01/2018

Messages: 567

Le 14/06/2018 à 11h06
Nous avons tous constaté que "Eric Clapton Life in 12 Bars" ne contient aucune révélation pour les fans. Il en est de même pour la BO dont je viens juste d'écouter les inédits je précise; inédits officiellement.

Spoonful – Sur le Soundboard sobrement appelé "Live LA Forum" Los Angeles le 19 Octobre 1968
After Midnight et Let It Rain - Des versions alternatives aux deux titres contenus sur le Prmier album solo.
High – Inédit officiellement mais sur le soundbord des sessions du second album de Derek And The Dominos qui n'est jamais sorti.
Little Wing – Sur le bootleg soundboard "The Slowhand Masterfile Part 1B"
I Shot The Sheriff – Sur The Lost Polydor Tapes " Archives Pathfinder" ( Soundboard Mid valley Records)
Little Queenie – Sur le soundboard "Slow Down Hand" (édité par Bell Bottom)

Les Trois titres du disque 1 sont sensés montrer les influences de Clapton, ah bon !
Je pensais que Robert Johnson, Albert King, Freddie King et BB King avaient plus influencé God que Big Bill Broonzs et Muddy Waters, je prends note…
Sept titres de Cream sur ce CD mais pas un seul de la reformation de 2005 alors que Clapton lui même considère que Cream y était meilleur que jamais.
Satisfait que ces titres en particulier Spoonful et le Sheriff soient officialisés. Avec une préférence pour le long solo du Sheriff en ce qui me concerne.
Pour qui découvre Clapton disons que si le choix de certains titres aurait pu être différent c'est pas trop mal même si il est impossible de retracer 50 ans en 2 CD.
Enfin, chacun y trouvera son compte ou pas.
   

Booster Roquette

rank_4.png

Avatar

Inscrit le: 15/02/2018

Messages: 250

Le 14/06/2018 à 14h03
Je ne suis pas déçue par ces 2 CD avec une agréable découverte de l'interprétation par Derek and the Domino's de "Nobody knows you when you're down and out".
Par contre était il obligatoire de gâcher 17 mn avec "Spoonful". de Cream. S'il en est qui aime, pour ma part c'est de la "daube" Mais bon sang, qui avait il dans cette cuillerée ? A spoonfull ou love ? Plutôt d'une substance illicite assurément. Pour ne pas mourir idiote, j'ai écouté jusqu'au bout du morceau en attendant que les 3 membres Ginger, Bruce et Eric retombent comme 3 chats sur leurs pattes. Il fallait être déjanté pour écouter cela à l'époque- désolée si je choque certains-. Du bruit, du bruit, 17 mn de supplices : aucune envie de reprendre une cuillerée, un accord...
   

Booster Bazooka

rank_3.png

Avatar

Inscrit le: 12/01/2018

Messages: 127

Le 14/06/2018 à 16h48
Perso, je trouve ce disque plutôt réussi, en tout cas plus que le film en lui même. Certes nous n'apprenons guère grand chose de nouveau, mais l'ensemble reste toujours très plaisant à écouter. N'oublions pas qu'il s'agit d'une bande originale d'un film illustrant certaines étapes de la vie de Clapton, ainsi que la musique que l'on pouvait entendre dans ces périodes sur les radios et non un disque consacré à la carrière d'Eric Clapton et sur ses influences (ce qui explique la présence de Muddy Waters, Aretha Franklin etc...).

Après bien sur, les soi-disants inédits figuraient sur des bootlegs que possédaient déjà beaucoup de collectionneurs, mais pas le grand public qui a ici l'occasion de pouvoir les découvrir pour la première fois. Il convient également de souligner la bonne qualité sonore de l'ensemble. Ce double CD est un bon compagnon de route sur un long trajet en voiture. Et puis, quel plaisir d'entendre Cream (1er super-groupe de l'histoire) avec Spoonful alternant avec Big Bill Broonzy, Muddy Waters, John Mayall,The beatles, George Harrison!
   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 14/06/2018 à 18h58
Qu'entends-je Tayane ? Spoonful de la daube ???...
Un standard du blues écrit par Willie Dixon et interprété pour la première fois en 1960 par Howlin' Wolf, standard revisité maintes fois en concert par les Cream après l'avoir enregistré sur Fresh Cream... Heureusement que je suis assis et pas trop épuisé par les récents orages ou autres précipitations sournoises !
Bon, chacun ses goûts mais saches qu'à l'époque (comme tu dis) je n'étais nullement déjanté. J'ai toujours trouvé cette interprétation magistrale sinon osée. La voix de Bruce est une merveille et les solos de Clapton sont à tomber par terre.
Et attends un peu... Imagines-toi que ce morceau je me le suis enfilé durant plus de 20 minutes dans mes membranes fileuses chargées de récolter les vibrations dues aux sons, à savoir mes tympans. C'était en novembre 1968, lors du Farewell Concert de Cream au RAH. Le son amplifié par deux murs d'amplis Marshall derrière Bruce et Clapton était tel qu'il était impossible de louper une seule note où que tu sois assis dans cette vénérable enceinte si prisée des amateurs de concerts classiques et d'opéra. Et j'en suis ressorti indemne et même heureux d'avoir assisté à une telle performance.
Du bruit selon toi ? Le summum du blues revu et corrigé par trois virtuoses, selon moi.
   

Booster Roquette

rank_4.png

Avatar

Inscrit le: 15/02/2018

Messages: 250

Le 14/06/2018 à 23h23
Mon cher Claude, j'ai donné mon ressenti, et je ne retire pas un mot écrit concernant ce titre. Que ce soit Fred, . Claptonholic ou toi, vous aimez ce morceau et j'entends bien. Quand tu me dis que "Spoonful" est un blues, par le texte je veux bien, par le son, bien que je me sois forcée à réécouter, je cherche encore !
Nous avons sans doute des formations musicales très différentes- très classique pour ma part- mais c'est par la différence que l'on s'ouvre à des univers inconnus et par la même que l'on s'enrichit.
Cream a été une ouverture pour les gens de ta génération. Ayant quelques années de moins et dans un internat, c'était plutôt Chopin, Satie et Schubert qui ont façonné mon adolescence. Clapton était un illustre inconnu pour moi puisque je ne l'ai découvert qu'à la sortie de Layla.
Bref, sans rancune j'espère.
   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 15/06/2018 à 10h42
Sans rancune bien entendu.
Chacun se forge sa propre opinion. C'est la tienne et je la respecte.
Cependant Spoonful est bien un blues, sauf qu'en l'occurrence il a été quelque peu revisité par nos trois compères ce qui, pour moi, vaut le détour.
Quant à Chopin, j'avoue ne pas détester, loin de là, le piano étant l'un des instruments de musique que j'ai plaisir à écouter. Mais... tout dépend de l'interprète, n'est-ce pas ?
   

Booster Bazooka

rank_3.png

Avatar

Inscrit le: 12/01/2018

Messages: 127

Le 15/06/2018 à 18h46
Bonjour Tayane,
Sans rancune, cela va de soit. Tu nous dis que tu as découvert Clapton avec la sortie de" Layla" (excellent choix pour une initiation), mais avec quelle version celle de Derek ou celle de l'unplugged ?
   

Booster Roquette

rank_4.png

Avatar

Inscrit le: 15/02/2018

Messages: 250

Le 20/06/2018 à 21h19
Toujours un temps de retard pour répondre : j'ai découvert Layla version Derek and the Domino's à la radio et c'était dans une des années les plus sombres de ma vie où je passais mes nuits avec radio et magnétophone (à bandes) à enregistrer ce qui me plaisait. J'étais dans un lit, couchée sans bouger, entourée de vilaines blouses blanches, etc.....
J'ai été électrisée, hypnotisée par cette chanson.... sous le choc mais je n'avais aucun moyen d'en savoir plus puisque j'étais clouée au lit. Ensuite la vie a repris ses droits et c'est lors de l'Unplugged de 1992 que cette chanson est rentrée de nouveau dans ma tête mais son interprétation acoustique ne m'animait pas comme la première version et pour cause.
En conclusion, jusqu'à l'été dernier je ne possédais que l'Unplugged et Derek.
ARTE, un réseau social m'ont permis de connaître Clapton, YouTube et Jean-Claude ont façonné la "bleue" que je suis encore.
Pour finir c'est la version Derek qui est un must pour moi EC, Duane et Jim Gordon, un trio d'enfer pour une sublimation des notes, un pur bonheur.
   

Booster Bazooka

rank_3.png

Avatar

Inscrit le: 12/01/2018

Messages: 127

Le 21/06/2018 à 13h17
C'est vrai que "layla" version électrique est un must avec en particulier un Bobby Whitlock exceptionnel que l'on a tendance, selon moi, à trop passer sous silence. Perso, la version acoustique, répétée systématiquement lors de ses concerts a fini par me lasser. L'idée était excellente au départ, mais de là à la répéter systématiquement en faisant disparaitre totalement la version d'origine de son répertoire est, pour moi, vraiment regrettable.
En tout cas, quelle belle initiation, on a connu pire....
   

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 10/01/2018

Messages: 567

Le 21/06/2018 à 14h49
Fred a déjà écrit tout ce que j'aurais pu écrire, je peux juste dire que la première écoute de la version de l'Unplugged m'a plu énormément et que je la trouve meilleure que la plus-part de celles des concerts depuis.
Après l'accident mortel de moto de Coluche, Ranaud a chanté "Putain de camion" on peut dire en ce qui concerne D.Allman, putain de moto.
   

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 10/01/2018

Messages: 567

Le 11/11/2018 à 18h14
Sortie en salle prévue le 23 Janvier prochain

   

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 10/01/2018

Messages: 567

Le 09/01/2019 à 10h02
Hier c'était cinéma pour quatre d'entre nous.

A 10h dub et moi nous sommes retrouvés à Montparnasse, puis nous avons rejoint Tayane dans le 3ème où elle était déjà en repérage des lieux.
Ensuite nous sommes partis vers le bar à vin le Barricou boulevard du Temple juste en face du Cirque d' Hiver.
Thidup nous y a rejoint et Dub nous a montré une série de photos de Clapton and Co prises lors de concerts parisiens.
Nous sommes reparti vers le Harpers très proche de l'agence qui nous a invité. C'est là que nous avions rendez-vous avec Claude qui n'avait pu se libérer plus tôt pour déjeuner avec nous.
Que font deux batteurs lorsqu'ils se rencontrent ? Nous avons échangé nos impressions sur ce que nous savions du film à voir et Claude nous a régalé avec quelques un de ses souvenirs de ses époques musicales londonienne et française.
Le Harpers fermait et de toute façon il était presque l'heure de notre rendez vous. Au regret général Claude nous a quitté pour ses obligations.
Chez l' Etoile Digitale nous avons été accueillis par deux charmantes hôtesses qui nous ont guidé vers une petite salle de projection. Installés confortablement sur du cuir et face a un écran plasma XXL nous étions prêts pour un run de 2h10mn.
Sitôt le générique de fin terminé nos hôtesses nous ont rejoint pour nous inviter à livrer nos impressions.
La première de l'avis commun étant que 2h30 pour retracer une carrière aussi dense de plus de 50 ans c'est trop court.
Pour moi, la partie consacrée à Pattie Boyd est trop longue et aurait pu être plus condensée au bénéfice de From The Cradle qui n'est jamais abordé. Par contre bien que prétendant posséder beaucoup de documents j'ai encore vu des inédits pour moi. La chronologie n'est pas toujours respectée ce qui peut être par moments déstabilisant pour quelqu'un qui découvre Clapton.
C'est le maître lui même qui à supervisé l'ensemble, c'est donc sa vision de ses vies personnelle et musicale.
Quelques photos et une vidéo du groupe ont été prises pour être publiées par l'agence sur Facebook.
Avant de nous séparer afin que chacun rentre at home nous avons pris un dernier verre.
Dub a pris un bock de glaçons avec très peu d' Ice Tea :( :unhappy
C'est dans le métro que nous nous sommes dit au revoir et espérons à bientôt.
Outre l'intérêt du film c'est le fait de nous être rencontrés qui pour moi marque cette journée.

   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 09/01/2019 à 11h08
Diverses obligations m'ont en effet empêché d'être présent à la projection aux côtés de Jean-Claude, Tayane, Thidup et Dub. Si je regrette de n'avoir pu, en conséquence, échanger nos impressions à l'issue du film, je suis cependant convaincu de ne pas avoir loupé grand chose quant à la vie de notre Guitar Heroe préféré.
Le visionnage du film, il a déjà quelque temps m'avais laissé comme un goût d'inachevé... Toute la période de la dette payée au blues, à savoir le Nothing But The Blues Tour, totalement occultée ainsi, dans une moindre mesure, celle de la fameuse remise en question au sein du groupe de Delaney Bramlett, prouvait, de mon point de vue, que l'objectif de ce docu consistait plus à faire sensation auprès du grand public que de ravir les adeptes de la première heure.
Cependant cette journée restera marquée pour moi d'une pierre blanche, ayant eu enfin le grand plaisir de mettre un visage sur des prénoms ou des pseudos (dont un m'était familier depuis des lustres... n'est-ce pas Jean-Claude ?). Malheureusement, le temps était compté ; ces 3/4 d'heure d'échanges chaleureux sont passés bien trop vite... car entre fans passionnés et férus de bonne musique (celle qui déclenche ces fameux frissons), difficile de s'arrêter quand on commence à évoquer le passé, le présent, en somme le vécu et le ressenti de chacun.
Que ces échanges, ce partage puissent se renouveler, c'est mon seul vœu en ce début d'année.
   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 30/12/2018

Messages: 213

Le 09/01/2019 à 18h08
Bonsoir les fans,
Du plaisir à lire votre journée EC d'hier. J'espère qu'une prochaine occasion se présentera pour avoir l'opportunité de partager ce genre d'expérience avec vous. J'attends avec impatience la sortie sur les grands écrans du film - 2h30 de diffusion, avec la métamorphose Clapton sur 1 demi siècle, il y a assurément de la nostalgie en vue. Un rien trop long sur Pattie si j'ai bien compris, c'était pourtant la femme idéale à épouser, ancienne épouse de George Harrison et Eric Clapton... mais elle a dit oui il y a 3 ans au promoteur immobilier qui partage sa vie, donc c'est cuit pour le moment. Parmi vous, 2 batteurs ! Y a t'il un bassiste inscrit sur ce forum? Chiche pour une rencontre, déjà en Ile de France, un ECWNH BB (EC was not here Blues Band) à jouer et chanter (mal de ma part) quelques titres Cream et autres. Je n'arriverai pas au mollet de notre maître, mais au moins il y aura de la passion. Je vais me replonger sur quelques licks Claptonniens, histoire de lutter contre la rouille phalangienne. Bendings et Pull off en vue ! Bonne soirée à tous.
   

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 10/01/2018

Messages: 567

Le 14/01/2019 à 11h40
Citation :
Tayane a écrit: George Lang annonce à l'instant une émission spéciale le dimanche 27 janvier à 23h autour de Eric Clapton et du film "Life in 12 bars" que nous avons eu la chance de voir pour certains d'entre nous.
   
Répondre
Vous n'êtes pas autorisé à écrire dans cette catégorie
1 Utilisateur en ligne : 0 Administrateur, 0 Modérateur, 0 Membre et 1 Visiteur
Utilisateur en ligne : Aucun membre connecté