Compte à rebours

Eric Clapton and Friends forum

Parlons en » Rockin' The Blues à La Cigale Nothing but Walter Trout

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 27/05/2019 à 19h46
Je pense ne jamais regretter d'avoir passé la soirée de ce dimanche 26 mai sous les lambris cuivrés de cette salle d'une autre époque nommée La Cigale. Et, depuis, j'affirme haut et fort que Walter Trout est bel et bien un génie du blues et du blues-rock ainsi qu'un homme éminemment sympathique et émouvant. Quel concert de sa part !

Je ne m'attarderai pas sur les prestations des deux autres poulains du label Provogue qui encadrait le set de l'homme de Ripley (Ocean City outre-Atlantique), né en 1951, californien depuis la fin des seventies.

Kris Barras qui ouvrait les hostilités, correspond exactement à l'image que j'avais de lui. Des biceps à faire pâlir d'envie Doyle Bramhall (25 cm de muscles au bas mot, tatoués comme un cochon et la barbe qui va bien). Il joue fort, très fort, le son de sa Telecaster souvent saturé. Il chante fort, trop fort parfois et, durant les quarante minutes de son set, seuls deux morceaux blues-rock retinrent mon attention. Attention, ce n'est pas, loin de là, un mauvais guitariste mais il aurait plutôt tendance à vouloir s'affirmer en se considérant comme l'un des guitar heroes de la décennie en cours. Il a cependant la chance d'être épaulé par un excellent batteur. Quant au final avec sa Telecaster derrière sa tête suivi d'un jeu féroce avec les dents, j'avoue avoir bien rigolé. N'est pas Hendrix qui veut !

Celui qui fermait le banc, à savoir Jonny Lang, n'a finalement pas vraiment changé depuis son concert de 96 au Grand Rex, auquel j'assistais. Une vraie boule de nerfs qui s'agite et sautille dans tous les sens sans aucune interruption entre les morceaux ! Belle voix cependant, éraillée juste comme il faut et belle attaque sur sa guitare, une Les Paul puis une Telecaster dite “signature” et vice versa selon les titres. Et il a bien failli me convaincre le bougre avec ses trois premiers morceaux de pur blues-rock... avant de retomber dans ses errances commerciales avec des titres plus pop que rock agrémentés cependant de quelques solos.
C'est d'ailleurs à ce moment-là que je pris la décision de quitter la salle sans attendre le bœuf final, saturé que j'étais de décibels sans grand intérêt.

Cependant, une chose est sûre, jamais je ne regretterai d'avoir eu à supporter Musclor avant que Walter Trout fasse son entrée en scène. Car là, dès les premières notes sur sa Strat blanche, j'eus soudainement l'impression fugace de me retrouver dans un club des faubourgs de Londres en 68-69, en plein British Blues Boom. C'est qu'il déchire le Walter ! Et ce fut lui, sans hésitation aucune, le héros de la soirée. Trois standing ovations tout de même durant un set d'une bonne heure. Il faut dire aussi qu'il aligne au minimum deux solos par titre, lesquels durent en général une bonne dizaine de minutes. Et, cerise sur le gâteau, il est remarquablement entouré. Un bassiste genre punk sur le retour qui participe un max et qui semble réellement prendre son pied, un batteur du feu de dieu et un claviériste- harmoniciste remarquable. Avec ça y'a plus qu'à envoyer la sauce, et quelle sauce !

Le premier titre fut bien sûr “Me, My Guitar and the Blues” (avec explications verbales d'entrée de jeu et présentation de l'auteur) suivi de quatre autres dont “Sadie” de Hound Dog Taylor après un bref récit, conté avec humour, sur l'ablation volontaire du sixième doigt de l'auteur. Ceci avant d'attaquer “Almost Gone” de son album “Battle Scars” qui suivit sa remise sur pieds après ses graves ennuis de santé en 2013. Il en profita pour remercier chaudement le public (environ 850 personnes, salle presque pleine) de son accueil et nous fit part de sa grande émotion de se retrouver “dans la plus belle ville du monde, dans cette salle” pour commémorer une date que jamais il n'oubliera, celle de sa greffe du foie.
Avant de verser quelques chaudes larmes, il nous expliqua par le détail ce qu'il eut à subir pendant huit mois face à la grande faucheuse qui l'attendait au tournant. Après la greffe, il lui fallut deux ans pour tout réapprendre. Reprogrammation de son cerveau, bouger ses jambes, marcher, bouger ses mains et ses doigts, récupérer les dizaines de kilos perdus et s'astreindre à huit heures de guitare par jour afin de retrouver ses automatismes. Un véritable “survivor” qui reçut une seconde ovation à la fin de ce discours inattendu mais fort émouvant. “The blues is here” nous dit-il en se tapant la poitrine, “in my heart” !
Et c'est avant les deux derniers morceaux qu'il introduisit un second guitariste (“I need a second guitar, you know, for this one and I want you singing with us”;), un certain Wayne Shefferd (!) en tant que sideman rythmique ! surprise, le final se révéla être du pur rock US à la sauce sixties. Avant d'entamer ce qui fut une véritable tuerie agrémentée de notes en rafales et de riffs proches du fameux “Oh Carol” de Chuck Berry, Trout nous rappela que Muddy Waters avait dit un jour “Le blues à un fils, c'est le rock”.
Standing ovation à nouveau et envoi de baisers de Trout au public avant de donner son médiator à un jeune du premier rang de la fosse et de nous quitter visiblement à regrets.
Ceci sans oublier de mentionner le son de sa voix qui, lorsqu'il la pousse au maximum, est digne des plus grands bluesmen noirs;
Bref, une soirée avec ce sacré Walter, dont je me souviendrai encore longtemps si dieu le veut. Amen !
   

Administrateur

rank_admin.png

Avatar

Inscrit le: 10/01/2018

Messages: 569

Le 28/05/2019 à 06h51
Merci Claude pour ce témoignage de première main.
Je n'avais pas de doute sur les qualités artistiques du bonhomme mais j'étais loin de penser qu'il avait dû déployer autant d'efforts pour revenir à son meilleur niveau après sa lourde opération.

Deux vidéos trouvées parmi d'autres sur You Tube.


   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 28/05/2019 à 10h43
Merci pour ces deux vidéos que je m'apprêtais à rechercher sur la toile. Je pars de ce pas à la recherche des quelques autres.
Nota : ce qui est bien dans une salle comme La Cigale, c'est qu'on peut, durant le concert, se déplacer selon ses envies sans que personne n'y trouve à redire. Sur une place assise au balcon dès mon arrivée, je suis descendu, après le set de Barras, sur les bas-côtés de la fosse au plus près de la scène pour Walter Trout (vue imprenable !) avant de me retrouver carrément au centre de la fosse pour admirer les sauts de cabri de Jonny Lang. La foule n'étant pas vraiment compacte, on pouvait circuler et se placer à sa guise. Génial !
   

Booster Minigun

rank_1.png

Avatar

Inscrit le: 05/03/2019

Messages: 47

Le 12/06/2019 à 17h56
C'est excellent tout ça… et presque surréaliste autant chaque musicos à l'air d'être un phénomène rare dans son domaine !! J'avais vu une vidéo de lui récente tournée en plein jour sur le pont d'un bateau, me semble-t-il lors d'une croisière "à thème" comme c'est la mode en ce moment...
   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 12/06/2019 à 19h13
Walter Trout est, de mon point de vue, le leader du blues actuel. Un grand guitariste à la personnalité véritablement attachante. Lui au moins sait communiquer avec son public - qui le lui rend bien - avec lequel il partage sa passion.
   

Booster Minigun

rank_1.png

Avatar

Inscrit le: 05/03/2019

Messages: 47

Le 17/06/2019 à 16h04
Pour rebondir avec les titres en écoute, l'extrait d'un concert à Montreux de 1973... l'année de ma naissance !!
https://youtu.be/HITlzzj0Pkk
   

Modérateur

rank_modo.png

Avatar

Inscrit le: 14/02/2018

Messages: 343

Le 17/06/2019 à 19h28
Merci derek pour cette vidéo, mais Il me semble que ton message était plutôt destiné au sujet “Titres à l'écoute” puisqu'il s'agit d'un concert de Clarence Gatemouth Brown avec les Canned Heat.
Quant à Walter Trout, il devint leur guitariste soliste en 1981 avant de rejoindre les Bluesbreakers de Mayall.



Edité par claude Le 18/06/2019 à 10h23
   
Répondre
Vous n'êtes pas autorisé à écrire dans cette catégorie
1 Utilisateur en ligne : 0 Administrateur, 0 Modérateur, 0 Membre et 1 Visiteur
Utilisateur en ligne : Aucun membre connecté